Cadrage thématique

Cadrage thématique

 

Cet appel est clos.

 

Axe 1 – Valorisation des données existantes sur la diversité génétique neutre, adaptative et fonctionnelle des espèces sauvages et création d’un indicateur de biodiversité génétique pertinent et applicable à l’échelle locale et nationale

 

Il existe actuellement 96 indicateurs de biodiversité diffusés par l’ONB. Beaucoup d’indicateurs sont des indicateurs de pressions sur la biodiversité, des indicateurs sociologiques et des indicateurs d’état de la biodiversité (ex. Indicateur STOC). Il s’agit de capter les grandes tendances qui se dégagent de la biodiversité à l’échelle nationale. Les indicateurs ONB ont forcément une valeur nationale ou éventuellement une valeur métropolitaine ou outre-mer.

Le développement de nouveaux indicateurs pour l’ONB soulève, à mesure que les limites des sources de données les plus utilisées par les experts membres des groupes de travail sont atteintes, la question de la mobilisation de nouvelles sources de données, encore peu exploitées – parce que nouvelles ou simplement inconnues des groupes de travail composant l’ONB, ou parce que leur valorisation nécessite de nouvelles compétences et méthodes d’expertise.

Le projet retenu pour cet axe doit permettre de faire progresser, sur les plans thématiques et méthodologiques, l’ONB et ses Groupes de travail (GT) thématiques par l’intégration de données existantes sur la diversité génétique des espèces sauvages et la création d’un indicateur applicable à l’échelle locale et nationale. Le thème de la diversité génétique sauvage est en effet encore peu exploré dans les thématiques de l’ONB. On décompte à ce jour seulement deux indicateurs (sur les 96 disponibles) traitant de la thématique : l’indicateur de conservation in situ ressources génétiques forestières autochtones à régénération naturelle et l’indicateur de l’évolution de la biodiversité bactérienne des sols (issu du réseau RMQS du GISSol). Cette couverture est faible en regard du besoin reconnu de connaissances sur la thématique, afin d’appréhender, par exemple, le potentiel d’adaptation de la biodiversité aux changements globaux.

.

 

Il s’agit de proposer un projet de R&D basé sur l’identification et la mobilisation de données existantes sur la diversité génétique des espèces sauvages pour aboutir à la construction de nouveaux indicateurs de biodiversité (état, pressions ou réponses). Ces travaux pourront être menés dans le cadre des groupes de travail de l’ONB[1] (milieux humides, eau douce, milieux marins et littoraux, forêt, nature et connaissance, agriculture, économie, aménagement du territoire) ou en lien avec le comité éditorial pour tout autre sujet transversal.

Les principales questions qui sous-tendent cet appel sont les suivantes :

  1. Existent-ils des indicateurs sur la thématique la diversité génétique sauvage hors du champ actuel de l’ONB ? Si oui, quels sont leurs objectifs, à quelles échelles spatiales et temporelles s’adressent-ils ? Quelles sont les possibilités de combiner ces différents indicateurs s’il y en a plusieurs ?
  2. Quels sont les manques de connaissances nécessitant le développement de nouveaux indicateurs ? Quelles sont les données et les méthodologies disponibles et nécessaires pour développer et construire ces derniers ?

L’objectif principal de cet appel à projet est d’aboutir à des propositions concrètes sur ces questions.

Sur la seconde série de questions, il pourra être envisagé d’agréger des bases de données locales afin de construire un indicateur pertinent qui intègre des indices de diversité génétique et de connectivité à l’échelle locale et nationale et/ou à l’échelle des temps écologiques. Le choix de la métrique de biodiversité sera également crucial. Par la suite, cet indicateur pourrait combiner plusieurs communautés d’espèces différentes, à l’exception des micro-organismes du sol pour lesquels il existe déjà des informations suffisantes, et le comparer avec d’autres indicateurs de biodiversité.

Cet appel à projet est ouvert à tous types d’habitats, milieux et diversités (diversité neutre et diversité adaptative) en France métropolitaine et/ou ultramarine.

.

Seront considérés les projets qui :

  1. réuniront des experts aux compétences complémentaires (généticien, modélisateur et statisticien, écologue etc.) et pertinentes pour le sujet ;
  2. réaliseront un travail de bibliographie pour produire un état de l’art afin d’identifier, dans le cadre d’un dialogue avec tout ou partie des GT thématiques de l’ONB, les bases de données potentielles et existantes qui permettraient :
    • de promouvoir et/ou améliorer des indicateurs existants et pertinents (cf. questions 1) ;
    • de développer de nouveaux indicateurs, et si oui, lesquels (cf. questions 2) ;
  3. pour les volets « état », « pression » et « réponse » de la diversité génétique sauvage, réaliseront une comparaison des indicateurs existants et sélectionneront les plus pertinents pour ensuite proposer des pistes d’extension et d’amélioration du plan d’échantillonnage sous-jacent, en vue d’obtenir un indicateur praticable, pertinent et de portée nationale ;
  4. ou pour les volets « état », « pression » et « réponse » de la diversité génétique sauvage, en l’absence d’indicateurs existants, proposeront un(des) indicateur(s) de portée nationale fondés sur les données identifiées dans le travail méthodologique de bibliographie évoqué plus haut.

 


[1] liste des groupes de travail, description de leur périmètre et contacts en annexe du texte de l'appel.

 

Conditions d’application et de réalisation

Les territoires concernés couvrent la France métropolitaine et ultramarine.

La liste ci-après présente des exemples de sujets pouvant être traités. Elle est non exhaustive et seulement indicative.

  • Les données génétiques sont utilisées pour inférer la démographie des populations et des espèces. Peuvent-elles aussi permettre de faire des diagnostics de l’état démographique des populations et servir à la prévision ?
  • Peut-on combiner des indicateurs génétiques sur un ensemble d’espèces d’un même écosystème comme indicateur de l’état de l’écosystème dans son ensemble ?
  • Peut-on envisager des indicateurs plus orientés sur la diversité génétique de la faune du sol à partir du réseau de surveillance RMQS du GISSol ?
  • Déterminer pour quelles gammes de dispersion parmi les organismes forestiers dispose-t-on de données satellitaires SIG d’occupation à l’échelle nationale métropolitaine et/ou ultramarine de résolution suffisante pour générer des indicateurs de pression sur la diversité génétique liée la connectivité des milieux ;
  • Peut-on construire une carte de la pression de pollution génétique des populations d’A. mellifera sauvages par le cheptel domestique ?
  • Peut-on envisager des indicateurs d’état de la diversité génétique des milieux (eaux douces, marins, terrestres, etc.) par des méthodes ADNe ? Cette méthode est-elle suffisamment standardisée (cf. COST Action CA15219 « Developing new genetic tools for bioassessment of aquatic ecosystems in Europe ») ? Et est-ce que la même technologie peut donner des indicateurs de type « réponse » ?
  • Peut-on développer des indicateurs de la réponse adaptative des espèces ?
  • Etc.

Les porteurs de projet pourront se rapprocher et travailler de concert avec eux durant la durée du projet, et dans le cadre d’un dialogue, avec tout ou partie des GT thématiques de l’ONB[1].



[1] liste des groupes de travail, description de leur périmètre et contacts en annexe du texte de l'appel.

Barre

Axe 2 – Thème blanc

 

Il existe actuellement 96 indicateurs de biodiversité diffusés par l’ONB. Beaucoup d’indicateurs sont des indicateurs de pressions sur la biodiversité, des indicateurs sociologiques et des indicateurs d’état de la biodiversité (ex. Indicateur STOC). Il s’agit de capter les grandes tendances qui se dégagent de la biodiversité à l’échelle nationale. Les indicateurs ONB ont forcément une valeur nationale ou éventuellement une valeur métropolitaine ou outre-mer.

À mesure que les limites des sources de données les plus utilisées par les experts membres des groupes de travail sont atteintes, des questions sont soulevées concernant la mobilisation de nouvelles sources de données encore peu exploitées, le développement de nouvelles méthodologies applicables à des indicateurs existants et le développement de nouveaux indicateurs.

En 2019, l’ONB avait souhaité lancer un appel à projets entièrement thématisé sur la valorisation de nouvelles données issues d’images satellitaires et l’analyse des variations temporelles et des changements de dynamique temporelle dans les séries de données de certains indicateurs. Cette année, afin de ne pas se limiter dans les champs des possibles et bénéficier ainsi de propositions pertinentes sur des thématiques diverses et transverses, l’ONB a souhaité ouvrir un axe thématique blanc.

.

Cet axe thématique blanc doit permettre de proposer des projets originaux, de faire progresser, sur les plans thématiques et méthodologiques, l’ONB et ses Groupes de travail (GT) thématiques[1] par l’intégration de nouvelles sources de données ; l’utilisation de nouvelles méthodologies déployées pour la création de nouveaux indicateurs « état », « pression » et « réponse » sur des thématiques non explorées dans l’ONB ou applicables à des indicateurs de biodiversité déjà existants pouvant être perfectibles.

L’objectif est d’ouvrir cet appel à la plus large communauté de recherche possible.

Il s’agit de proposer un projet de R&D répondant aux besoins scientifiques et techniques identifiés par l’ONB et son comité éditorial cités précédemment et rappelés ci-dessous pour :

  1. Améliorer des indicateurs existants (consultez tous les indicateurs développés dans le cadre de l’ONB sur le lien suivant : http://indicateurs-biodiversite.naturefrance.fr/indicateurs/tous) ;
  2. Créer de nouveaux indicateurs sur des sujets encore non traités par l’ONB en insistant sur les volets « état », « pressions » et « réponse » de la biodiversité ;
  3. Développer de nouvelles méthodologies pour le traitement des données dans le cadre de la construction des indicateurs de l’ONB.
.

Seront considérés les projets qui :

  1. réuniront des experts aux compétences complémentaires et pertinentes sur le sujet déposé ;
  2. réaliseront un travail méthodologique de bibliographie sur l'état de l'art de ce qui existe actuellement afin d'identifier, dans le cadre d'un diablogue avec tout ou partie des GT thématiques de l'ONB, les bases de données potentielles et existantes, et des indicateurs de biodiversité existants qui permettraient :
    • de promouvoir et/ou améliorer des indicateurs existants et pertinents (cf. questions 1) ;
    • de développer de nouveaux indicateurs, et si oui, lesquels (cf. questions 2) ;
  3. proposeront une méthodologie originale et un indicateur pour les volets « état », « pression » et « réponse » sur la biodiversité ;
  4. ou proposeront une méthodologie originale et applicable aux indicateurs de biodiversité existants dans la base de l'ONB.

 


[1] liste des groupes de travail, description de leur périmètre et contacts en annexe du texte de l'appel.

 

Conditions d’application et de réalisation

Les candidats peuvent dans leur réponse proposer de nouveaux indicateurs ou identifier des indicateurs de l’ONB sur lesquels ils comptent travailler prioritairement (http://indicateurs-biodiversite.naturefrance.fr/indicateurs/tous).

Les porteurs de projet pourront se rapprocher des constructeurs et producteurs d’indicateurs et travailler de concert avec eux durant la durée du projet, dans le cadre d’un dialogue avec tout ou partie des GT thématiques de l’ONB[1].

 

[1] liste des groupes de travail, description de leur périmètre et contacts en annexe du texte de l'appel.

Personnes connectées : 1